Quand générosité rime aussi avec épargne

Publié le par LinXea

Quand générosité rime aussi avec épargne

Le mois de décembre est traditionnellement celui de la générosité. L’occasion de voir ou de revoir les possibilités de faire un don à une association à partir de son épargne. L’assurance vie est particulièrement visée via, notamment, la désignation de ses bénéficiaires.

Le don à une association caritative n’est pas réservé aux seuls épargnants vivants. Cette bonne action peut aussi se dérouler après sa mort avec la mise en place d’un legs. Une opération qui est loin d’être anodine. En 2013, les legs et donations ont représenté 8,6 M€ pour l’Unicef, soit 11,5 % de ses ressources de fonctionnement annuelles, et 183,86 M€ pour les Restos du Cœur, soit 44,9 % des montants recueillis au cours de l’année.

Plusieurs solutions sont directement liées à l’épargne, sans pour autant retirer le moindre centime à l’investisseur de son vivant. En effet, dans le cadre de l’assurance vie, la simple désignation d’une association parmi les bénéficiaires lui permet de percevoir tout ou partie des sommes disponibles, en fonction des pourcentages définis pour chacun. Cette action est de loin la plus simple, garantissant de répartir son épargne suivant son souhait, tout en se montrant généreux.

Le legs à une association caritative, pour la bonne cause

Outre l’assurance vie, il est aussi possible d’intégrer l’association de son choix à sa succession. Celle-ci peut alors percevoir légalement tout ou partie de la part disponible, après déduction de la réserve héréditaire. Il ne s’agit alors pas exclusivement d’argent, le patrimoine pouvant également se composer d’une maison, de droits d’auteurs ou même des sommes présentes en banque.

Dans le même temps, les proches peuvent être protégés. Il suffit pour cela de désigner l’association caritative de son choix comme légataire universel, tout en faisant un legs aux membres de sa famille. C’est alors l’organisme qui se charge de liquider la succession avec un avantage de taille : celui-ci prend à son compte le règlement des droits de succession. Les sommes en sus lui sont, en échange, définitivement acquises, sans application, sur cette part, de frais.

Une façon de faire une bonne action, sans se priver d’un quelconque revenu…

Retrouvez toutes nos actus sur : www.LinXea.com