Les réserves financières, pour soutenir les rendements de l’assurance vie

Publié le par LinXea

Les réserves financières, pour soutenir les rendements de l’assurance vie

La constitution de réserves est aujourd’hui courante chez les assureurs. Investies selon différentes méthodes, elles permettent aux professionnels de maintenir les taux de rendement de l’assurance vie, malgré leur tendance à la baisse.

La première estimation de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) fait état d’une nouvelle baisse des rendements de l’assurance vie en 2014, de -2,5 %. Si elle n’est pas la plus conséquente sur ces dernières années, elle participe en revanche à rendre le niveau de rémunération encore un peu plus bas. Comparés à d’autres solutions, ces rendements restent toutefois supérieurs à la moyenne, soutenus par une méthode généralisée qui a montré son efficacité, celle des réserves financières mises en place par les assureurs.

La technique la plus souvent employée par les professionnels est la non-restitution immédiate aux assurés des bénéfices des contrats. Les sommes sont alors versées sur une réserve d'argent. Seule contrainte, celle-ci doit être utilisée dans les huit années suivant sa constitution. Son taux de rendement est, lui, élevé.

Faire face aux moins-values

Une autre méthode de création des réserves s’appuie sur les plus-values des investissements réalisés en actions ou en immobilier, afin de soutenir les rendements des fonds en euros. Enfin, la troisième solution la plus souvent utilisée par les assureurs est la constitution d’une réserve d’argent issue des titres obligataires qu’ils détiennent en direct.

Cette mise en place de réserves permet donc de conserver un niveau de rendement pour l’assurance vie supérieur aux autres placements qui, eux suivent la tendance à la baisse des taux d’intérêt. Une opération qui, en plus de montrer son efficacité, contribue au succès de cette épargne. La préférée des Français.