Premier prêt immobilier : un défi pour les primo-accédants

Publié le par LinXea

Si les taux d’emprunt restent bas, obtenir un prêt immobilier n’est pas toujours aisé, surtout pour les primo-accédants. Une étape souvent semée d’embûches qui peut être simplifiée par une aide extérieure.

C’est le paradoxe de ces dernières années. Tandis que les prêts immobiliers affichent des taux d’intérêt au plus bas, souscrire un emprunt pour donner vie à son projet peut se révéler difficile. La première barrière à franchir est de prouver sa capacité de remboursement auprès d’établissements financiers devenus frileux.

Pour y parvenir, le montage du dossier de demande de prêt est primordial. Celui-ci doit inclure l’historique des revenus et de l’imposition. Le profil bancaire joue également pour beaucoup. En résumé, présenter un historique sans ou avec un découvert modéré sera toujours plus favorable pour une réponse positive.

Ces pièces doivent aussi s’accompagner du compromis de vente ou de la promesse d’achat du bien immobilier.

Les critères d’acceptation des banques

Ces éléments comptent parmi les critères des banques pour accorder un prêt. Il est aussi tenu compte du taux d’endettement, que les établissements respectent aujourd’hui de façon très stricte. Le montant d’emprunt autorisé est généralement déterminé par celui-ci, fixé par la majorité des banques à 33 %. En outre, disposer d’un apport personnel se révèle un plus, s’affichant comme un gage de la capacité à rembourser le prêt.

Enfin, pour faciliter l’emprunt, la solution de recourir aux services d'un courtier peut s'avérer judicieuse. Celui-ci mettra alors en concurrence les banques pour obtenir la meilleure offre, tout en jouant son rôle d’intermédiaire.

Commenter cet article