Deux contrats pour l’assurance vie : en viager ou fixe

Publié le par LinXea

Si l’assurance vie est connue pour avoir une durée illimitée, sa souscription peut également se faire pour une durée fixe. Moins utilisée aujourd’hui, elle reste disponible dans plusieurs offres, généralement pour au moins huit ans.

L’assurance vie différencie ses offres au-delà de la seule question des placements à envisager. Ainsi, les contrats peuvent être de plusieurs natures, à choisir au moment de la souscription. Si la solution viagère est devenue la norme ces dernières années, il existe toutefois une autre possibilité proposée par les assureurs, celle du contrat à durée fixe.

Ce dernier prévoit une durée définie à l’avance, généralement de 8 ans, afin de garantir au souscripteur de disposer de tous les avantages fiscaux de l’assurance vie. Cette solution, souvent choisie par les épargnants ayant un projet précis, permet notamment de pouvoir bénéficier des fonds à une date définie, comme par exemple, lors du départ à la retraite.

Un contrat fixe reconduit de façon tacite

Le mode de souscription à durée fixe à une assurance vie bénéficie souvent d’une clause de reconduction tacite à terme, d’un an renouvelable. La sortie peut également se faire de manière anticipée à la demande de l’assuré, lors d’un rachat total par anticipation, ou à son décès. L’assureur, lui, peut décider de la non-reconduction à échéance avec restitution des sommes placées et des intérêts générés. Si l’assuré souhaite conserver un placement en assurance vie, il lui faudra alors ouvrir un nouveau contrat, sans pouvoir jouir de l’antériorité fiscale.

Le contrat à durée viagère est, en ce sens, plus libre, car conclu pour une période indéterminée. Toutefois, l’épargnant reste libre de demander des rachats partiels ou totaux. À noter également que, s’il est possible de transformer un contrat fixe en contrat à durée illimitée, l’inverse n’est pas autorisé. Pour pouvoir disposer de cette limite dans le temps, il doit être souscrit une nouvelle assurance vie.

Commenter cet article