L'assurance vie, des idées préconçues toujours tenaces

Publié le par LinXea

L'assurance vie, des idées préconçues toujours tenaces

Si l’assurance vie demeure le placement préféré des Français, elle n’en est pas pour autant exempte de toute revendication. Le dernier sondage réalisé par OpinionWay, pour le compte de la Faider, qui regroupe plusieurs associations d’épargnants, fait apparaître différentes attentes pour en faire un produit parfait.

La France est un pays où l’on aime épargner. Les chiffres le confirment, à l’image du dernier sondage effectué par le cabinet OpinionWay, pour la Faider. Réalisé en décembre 2015, celui-ci révèle qu’une personne interrogée sur deux dispose d’une solution de placement. C’est le Livret A et le Livret de développement durable (LDD) qui sont les plus courants (à 85 %), devant l’assurance vie (50 %) et le plan d’épargne logement (37 %).

L’assurance vie, justement, se révèle un excellent produit pour la plupart des épargnants. Ainsi, ils sont 85 % à se dire satisfaits de leur contrat. Pour 80 %, il représente même la meilleure façon de transmettre un capital à leurs enfants.

La fiscalité reste pointée du doigt

Derrière cette vision positive, certaines idées préconçues restent tenaces. En effet, si ce produit de placement est très apprécié, il est malgré tout considéré comme disposant d’une réglementation trop complexe (pour 67 % des sondés). Surtout, les épargnants seraient 76% à trouver sa fiscalité pénalisante ! Pourtant le contexte fiscal de gestion de l’épargne en assurance-vie reste exceptionnel lorsqu’on le compare à la fiscalité patrimoniale applicable sur les comptes titres.

Il est également reproché le manque de suivi. Les sondés sont 48 % à regretter de ne pas avoir un interlocuteur dédié pour les accompagner dans la gestion de leur contrat. C’est notamment la raison pour laquelle LinXea s’est associée il y a quelques années avec la société MorningStar pour la gestion financière des contrats d’assurance-vie de ses clients (option de gestion pilotée et de gestion conseillée).

Autant dire que les Français, toujours attirés par l’assurance vie, en font désormais un placement actif qu’ils veulent dynamiser en comprenant les enjeux de gestion et de fiscalité.