Assurance-vie et SCPI : les épargnants LinXea Spirit ont eu gain de cause

Publié le par LinXea

Assurance-vie et SCPI : les épargnants LinXea Spirit ont eu gain de cause


La demande des clients a été entendue. Linxea prépare, avec Spirica, le changement de mode de rémunération des SCPI de son contrat Spirit. Les coupons seront désormais versés sur le fonds euros. Une procédure complexe, administrativement.

« Le processus est lancé. On espère que le changement prendra effet au mois de juillet. » Petite révolution pour Linxea Spirit. D’ici l’été, les dividendes des SCPI du contrat seront versés sur le fonds euros, et non plus capitalisés en parts. Le changement n’est pas anodin. En effet, près du tiers des 3.000 clients investis sur ce contrat, à la tonalité très immobilière, ont misé sur des parts de SCPI. D’ailleurs, c’était une demande récurrente sur le forum privé des clients LinXea. « Les clients ont réellement insisté sur le sujet », confirme Yves Conan, directeur général de LinXea. « Le forum privé a très clairement contribué à la prise de décision. On essayera toujours de coller aux avis de nos clients, sur le forum, si cela va dans l’intérêt collectif. »

Une approche « communautaire, où la parole est libre » qui n’est pas sans risque, mais à laquelle tient beaucoup la direction. « Parfois, certains clients réagissent à chaud, nous accusent de ne pas dire la vérité », ajoute Yves Conan. « Mais pour Linxea Spirit, la question était plus complexe. Linxea a longtemps espéré un développement chez l’assureur, permettant de donner le choix au client. »


« Plus de flexibilité pour le réinvestissement »

Car le mode de rémunération des SCPI n’est pas sans conséquence. Versés en parts, les dividendes sont amputés de près de 6% de frais. Puis sont bloqués 3 ans sur le contrat, sous peine de pénalité. Versés sur le fonds euros, les loyers sont utilisables avec plus de souplesse, mais bénéficieront d’une moindre rémunération. « Il est probable qu’il y a quelques années, il était pertinent de capitaliser, avec la hausse de l’immobilier », analyse Yves Conan. « Maintenant que la valeur des SCPI se stabilise, et que la clientèle vieillit avec les contrats, il me semble plus cohérent que les gens disposent des revenus de leur épargne. Cela offre plus de flexibilité pour le réinvestissement des coupons. Et pour un client, percevoir des loyers sur le fonds euros, c’est peut-être plus tangible. »

Avantage pour le courtier : Spirit étant un contrat collectif, il n’est pas nécessaire de demander son avis à chaque assuré. Mais la procédure reste complexe. « Modifier des conditions générales, c’est un processus formel très cadré. » Concrètement, à partir d’avril, les clients recevront un courrier explicatif, puis une lettre recommandée expliquant la démarche. Dès lors, la bascule aura lieu dans un délai de trois mois pour « tous les contrats, anciens et futurs ». Et impossible de s’y opposer : ceux qui ne seront pas d’accord pourront simplement racheter leur contrat.