Le coût des études supérieures, à anticiper pour en réduire la charge

Publié le par LinXea

Tandis que les jeunes privilégient les études supérieures, la question de leur coût reste majoritairement l’affaire des parents. Pour faire face à cette dépense, son anticipation est désormais de mise, au travers de placements divers.

Les jeunes sont de plus en plus nombreux à faire le choix d’études supérieures avant de s’engager dans la vie active, avec des conséquences financières importantes pour les parents. En moyenne, les frais de scolarité dans les établissements privés varient entre 3 000 et 10 000 €/an, somme à laquelle il faut ajouter les coûts annexes comme la nourriture, le logement et les transports. Ces deux derniers postes ont représenté sur l’année 2015 un budget situé entre 5 000 et plus de 9 500 € par an dans les dix plus grandes villes universitaires françaises.

Dans le même temps, les parents français affichent une particularité : ils sont peu nombreux à demander à leurs enfants de participer à cette charge financière. Selon une étude menée par HSBC en 2015, 26 % l’avaient envisagé, alors que la moyenne mondiale est de 41 %. Mieux vaut donc préparer cette dépense plusieurs années à l’avance.

L’assurance vie, solution d’épargne efficace pour les études

Les solutions sont de plusieurs natures, orientées en prévention ou en épargne. Ainsi, la prévoyance permet de garantir un capital à l’enfant, en cas de décès des parents. Elle se matérialise par la souscription d’une rente éducation. Celle-ci est versée à l’enfant scolarisé devenu orphelin de l’un de ses parents, généralement jusqu’à ses 28 ans. Son montant est progressif en fonction de l’avancée dans l’âge du bénéficiaire, afin de tenir compte de l’évolution de ses besoins.

L’assurance vie, elle, représente une épargne plus classique. L’ouverture d’un contrat spécifiquement dédié à cet usage est à privilégier, associée à la mise en place de versements programmés. Le moment venu, le financement des études se fait alors par des rachats successifs au gré des besoins, sans nécessiter de sortir la totalité du capital. Si le contrat a plus de 8 ans, il permet en plus aux parents de profiter du cadre fiscal le plus avantageux.

Commenter cet article