Le HCSF demande la baisse des taux sur les fonds en euros

Publié le par LinXea

Le Haut Conseil De Stabilité Financière a rappelé dans son rapport annuel sa volonté de voir les compagnies d’assurance constituer plus de réserves sur leurs fonds euros . Selon l’organisme, la baisse durable des rendements sans risques représenterait une menace pour les assureurs.

La réalité financière se rappelle au bon souvenir des assureurs. Les taux d’intérêt, toujours au plus bas, viennent ainsi contraindre l’assurance vie et ses fonds en euros. Un fait que le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) a relevé dans son rapport annuel, estimant également que les ajustements de 2015 sont insuffisants.

Les chiffres publiés montrent le décalage existant. En effet, le rendement moyen servi sur les fonds en euros s’est élevé l’an passé à 2,30 % (soit une baisse d’environ 0,25 % par rapport à 2014) alors que, sur cette période, les taux d’intérêt sur les obligations d’État n’ont, eux, pas dépassé les 1 %. Dans le même temps, la collecte nette sur ces fonds reste encore conséquente. Selon les dernières données publiées par la FFSA (Fédération française des sociétés d’assurance), elle s’est élevée à 9,6 Md€ depuis le début 2016.

Vers une évolution de la loi

La demande de baisse des rendements des fonds en euros vise d’abord à protéger les assureurs en leur garantissant de conserver leurs réserves constituées, destinées à lisser dans le temps les intérêts des contrats. Un amendement a notamment été adopté par les députés, en marge de l’étude du projet de loi Sapin 2. Celui-ci prévoit un renforcement du pouvoir du HCSF qui pourrait alors obliger les professionnels à augmenter ces réserves.

Cela se traduirait par une diminution des rendements sur les fonds euros des assurances vie, plus proches des taux d’intérêt actuels. Pour des revenus plus élevés, les épargnants devraient donc se tourner vers les unités de comptes, placements plus risqués mais d’un meilleur rapport sur le moyen-long terme.

Commenter cet article