Le mode d'acquisition des SCPI, lié à l'objectif d'investissement

Publié le par LinXea

Une reprise de l’immobilier en 2015, à confirmer en 2016

Le marché de l’immobilier s’est amélioré en 2015, porté par plusieurs facteurs. La tendance reste à confirmer en 2016, d’autant que les disparités persistent suivant les secteurs géographiques et le type de bien à vendre.

Baisse des prix du foncier, taux d’intérêt au plus bas, les ingrédients pour assister à une reprise du marché de l’immobilier en France semblent s’installer. Ils ont du moins montré leur efficacité en 2015, avec une année plutôt favorable, dans sa globalité. Ainsi, le volume des transactions s’est révélé stable au cours du 1er semestre, avant de repartir à la hausse à compter de juin 2015, selon la FNAIM. Il a atteint le nombre de 800 000 dans l’existant sur l’ensemble de l’année. Cette progression va de pair avec une autre donnée, celle du pouvoir d’achat immobilier, de +4,3 % en 2015.

Cette évolution des ventes est aussi constatée dans le neuf avec, toujours selon la FNAIM, un taux de réservation en 2015 de +16,7 % par rapport à 2014. Ces achats ont notamment été portés par la loi Pinel, révisant les règles de défiscalisation dans l’immobilier.

Une disparité du marché suivant les régions

L'an passé, la baisse des prix dans l’ancien a prévalu sur l’ensemble du territoire, avec un repli de 1,9 %. Cela a été le cas à Paris où la mise en place de l’encadrement des loyers a amené certains investisseurs à acheter en d’autres lieux. Trois grandes villes ont en revanche fait de la résistance, voyant leurs tarifs continuer d'augmenter : Bordeaux, Montpellier et Nantes. Enfin, la baisse est davantage marquée pour les maisons individuelles que pour les logements collectifs.

Pour 2016, les perspectives de progression du marché de l’immobilier sont toujours d’actualité, notamment à la faveur de la nouvelle baisse des taux d’emprunt. Le secteur devrait aussi bénéficier d’une autre mesure, celle de l’élargissement du prêt à taux zéro (PTZ), désormais disponible pour l’achat d’un bien dans l’ancien.

Commenter cet article