Les fonds euro-croissance cherchent un nouveau souffle

Publié le par LinXea

Les fonds euro-croissance cherchent un nouveau souffle

Afin d’aider au développement des fonds euro-croissance, le gouvernement vient de publier deux décrets au Journal officiel. Ces derniers précisent les conditions de transfert entre les fonds en euros et ceux en euro-croissance.

Proposés depuis 2014, les fonds euro-croissance en assurance vie peinent toujours à séduire les investisseurs. Pour l’année 2015, seulement 770 M€ ont été réunis par ce biais, alors que la collecte globale en assurance vie s’est élevée à 135 Md€. Pour les développer, deux décrets viennent d’être publiés au Journal officiel le 14 juillet dernier.

Ces documents indiquent les modalités de transfert des plus-values latentes (c’est-à-dire des gains) entre les fonds en euros et les placements euro-croissance. Le dispositif est temporaire, applicable uniquement jusqu’au 31 décembre 2018. Les décrets précisent également les obligations d’information des assureurs vis-à-vis des assurés.

Le capital garanti, mais pas les gains

Pour rappel, les fonds euro-croissance se situent entre les fonds en euros et les unités de compte. Cette assurance vie garantit aux investisseurs leur capital, mais pas les gains qu’ils pourraient en retirer. En outre, elle doit être maintenue durant au moins 8 ans.

Ses investissements sont réalisés à la fois sur des fonds sécurisés et sur des placements en actions, permettant une diversification aujourd’hui devenue indispensable. Afin de le développer, le fonds euro-croissance bénéficiait déjà d’un autre avantage, garantissant aux investisseurs choisissant de transférer leurs fonds en euros vers un fonds en euro-croissance de conserver leur antériorité fiscale.