🌲 🌲 Investir dans la forêt, parmi les dernières tendances

Publié le par LinXea

� � Investir dans la forêt, parmi les dernières tendances

Les forêts sont aujourd’hui devenues de nouvelles sources d’investissement. Sans avoir besoin d’acheter une parcelle en propre, ce placement est accessible à tous au travers des groupements fonciers forestiers. En plus d’un rendement régulier, ces derniers ouvrent droit à des réductions d’impôts.

La diversité est plus que jamais d’actualité en matière de placement financier. Parmi les solutions étudiées figure la forêt. Celle-ci propose des gains plus élevés que beaucoup d’autres investissements, avec un rendement moyen de 2 %. Ses revenus sont principalement issus de la vente du bois et de la location des terres pour des activités annexes telles que la chasse ou la pêche.

L’accès à cet investissement se fait généralement au travers de l’achat de parts dans un groupement foncier forestier (GFF). Elles sont disponibles pour seulement quelques centaines d’euros. A contrario, il faut attendre de trouver un acheteur pour pouvoir s’en désengager. Des sociétés spécialisées proposent toutefois des services de mise en relation des investisseurs, permettant au marché de se renouveler. Seul inconvénient, un niveau de frais généralement important à la souscription, lié principalement aux droits d’enregistrement qui devront être payés par les GFF à l’acquisition des forêts.

Un placement sur le moyen terme avec, à la clé, des réductions d’impôts

Le choix d’un placement dans un GFF ouvre droit à des réductions d’impôts représentant 18 % de l’investissement. Cette mesure est toutefois limitée à 1 026 € (pour un achat maximum de 5 700 €) pour une personne célibataire et 2 025 € (investissement de 11 400 €) pour un couple. La déduction vient aussi alimenter le plafond des niches fiscales, établi à 10 000 €. En contrepartie, les parts doivent être conservées pendant au moins de 8 ans.

Pour les foyers assujettis à l’ISF (impôt sur la fortune), les conditions sont plus favorables, basées sur un placement minimum de 5 ans. Celui-ci donne droit à une réduction de l’imposition à hauteur de 50 % du montant ainsi placé, dans une limite de 45 000 € (soit un investissement forestier annuel de 90 000 €). D’autre part, seuls 25 % de la valeur d’achat sont comptabilisés dans le patrimoine taxable pour l’ISF. De quoi rendre l’investissement d’autant plus intéressant…