La solution de la rente viagère, pour profiter de son assurance vie

Publié le par LinXea

La solution de la rente viagère, pour profiter de son assurance vie

Les sommes épargnées sur un contrat d’assurance vie peuvent être retirées selon deux modes : la sortie en capital, comprenant les montants investis et les intérêts acquis, et la rente viagère. Celle-ci, entraîne un transfert de l’épargne à l’assureur, tenu alors de verser une rente régulière, sans limite de durée.

Si la sortie en capital est souvent la solution choisie pour récupérer son épargne, il peut aussi être prévu, dans les conditions générales du contrat, la transformation des capitaux en rente. Cela se traduit par des versements réguliers que l’assureur s’engage à régler. En échange, celui-ci récupère l’intégralité du capital, qui devient inaccessible aux bénéficiaires éventuels. Cette demande de sortie en rente est irréversible.

Il existe deux types de versements, l’un avec une rente prenant fin au décès du souscripteur, l’autre à annuités garanties. La première solution peut prévoir une réversion en faveur d’une personne désignée, pour un montant moindre. La seconde précise le nombre d’années durant lequel la rente est due. En cas de décès du souscripteur en cours d’application du contrat, elle est perçue par les bénéficiaires désignés, jusqu’à la fin du délai fixé et sans réduction du montant.

La rente, imposée à différents niveaux

À la différence de la sortie en capital, la rente est soumise à l’impôt sur une part qui est fonction de l’âge du souscripteur au moment de sa mise en place. Le taux n’est pas révisable. Ainsi, si la rente est créée avant 50 ans, elle est imposable sur 70 % de son montant sur toute la durée de son versement, 50 % si l’âge de départ des paiements est compris entre 50 et 59 ans, 40 % entre 60 et 69 ans et enfin 30 % pour les plus de 69 ans.

Aussi, il est recommandé de ne mettre en place la rente qu’à un âge avancé pour réduire l’imposition. Le montant de la rente sera d’ailleurs, dans ce cas, plus élevé, étant fixé en fonction de l’âge du souscripteur et des sommes épargnées.